Le 28 octobre 2004

 

Communiqué de Presse

du groupe ps à la Chambre

 

Une implantation de la secte Maharishi à Plombières ?

André Frédéric, Président du Groupe de travail sur les sectes, s’alarme

 

Après avoir acheté un important complexe touristique aux Pays-Bas sur le site des Trois Bornes, la Maharishi Foundation projetterait de mener la même la opération juste de l’autre côté de la frontière, en Belgique, sur la commune de Plombières.

 

Cette organisation internationale, qui est considérée comme une secte en Allemagne, souhaite bâtir sur le site une « Université de la Paix ».

 

Selon le Centre d’Information et d’Avis sur les Organisations Sectaires Nuisibles (CIAOSN), la technique de médiation transcendantale prônée par ce groupe aboutit chez les adeptes à une modification des traits de personnalité (effet de « dépersonnalisation »),  une diminution des relations sociales et l’apparition des troubles psychologiques (dépression, hallucinations, nervosité).

 

A la suite de cette annonce, le député socialiste André Frédéric, par ailleurs Président du Groupe de travail sur les sectes à la Chambre des Représentants, souhaite faire part de ses craintes quant à l’installation d’une telle organisation dans l’arrondissement de Verviers. Ce choix n’est pas anodin puisqu’il permettra de recruter, à partir d’un site touristique renommé, de nouveaux adeptes au sein des trois pays frontaliers.

 

Les sectes sont des ennemies de la démocratie. Elles prétendent résumer la complexité du monde en un ou deux concepts simplificateurs et n’autorisent aucune réflexion ni aucune critique. Elles sont totalement figées dans leur autoritarisme et la manipulation des esprits.

 

De plus, les sectes s’attachent à priver leurs adeptes (des personnes très souvent socialement et psychologiquement fragilisées) de leur liberté, les déstabilisent mentalement et les entraînent dans une sorte de « servitude volontaire ». Les adeptes deviennent de véritables instruments au service de la secte ou du gourou et s’isolent de plus en plus du reste du monde.

 

Il est fondamental de mettre en œuvre une véritable politique de lutte pour protéger   les citoyens, et en particulier les enfants, de toutes ces organisations dangereuses.

 

A cet égard, le député rappelle qu’une Commission d’enquête parlementaire, visant à élaborer une politique de lutte contre les sectes, avait rendu un rapport détaillé en 1997. Dans ce rapport, plusieurs ministres avaient été invités à prendre des mesures pour mieux protéger la société des organisations considérées comme des sectes nuisibles sur base d’une série de critères portant sur leurs pratiques.

 

Le groupe PS a estimé que le temps était venu de procéder à une évaluation des mesures concrètement entreprises dans différents départements du gouvernement.

 

Dans un premier temps, chaque député participant au groupe de travail sera invité à formuler des remarques sur le suivi de la Commission d’enquête et à proposer une liste de personnes ou d’organisations susceptibles de faire le point sur la question comme l’Observatoire des Sectes, les Ministres compétents, les Services de Renseignements, etc.

 

Il ne s’agit pas pour le groupe de travail de revoir la liste des organisations sectaires établie par la Commission d’enquête de 1997 mais bien d’évaluer l’application de ses recommandations.